Page mise en ligne le 28 Avril 2010 - Page dernièrement modifiée le Mercredi 28 Avril 2010

Projets de réintroduction du Bouquetin des Alpes en France

 

Bien qu'ayant reconquis de nombreux territoires et voyant ses effectifs régulièrement augmenter depuis les années 1960, le Bouquetin est toutefois encore loin d'avoir retrouvé toute son aire de répartition potentielle. Dans de nombreux massifs très rocheux, un grand nombre d'habitats favorables reste vide de bouquetins.

Or, le processus de colonisation naturelle de l'espèce est très lent. S'il opère actuellement dans certaines zones en périphérie de populations établies (le principal exemple étant la population du massif des Encombres - forte de près de 500 individus - créée à partir d'émigrations depuis la population de Maurienne ; à bien moindre ampleur, colonisation en cours des massifs du Parpaillon et de l'Estrop à partir des populations de Haute Ubaye et du Bachelard), il ne pourra à lui seul permettre la recolonisation de massifs éloignés.

Ce constat est particulièrement criant dans les Alpes et les Préalpes du Sud, jugés par certains scientifiques comme étant la partie des Alpes françaises la plus propice à l'espèce, mais qui accueille aujourd'hui moins de 20% des effectifs français.

Sur demande du Ministère de l'Environnement (Direction de la Nature et des Paysages), un groupe d'organismes et d'experts français compétents ont élaboré des recommandations à suivre pour mener à bien les opérations de réintroduction de cette espèce protégée, consignée dans la "Charte pour la réintroduction du Bouquetin en France" (approuvée par le CNPN le 17 février 1993), ainsi qu'une "Stratégie de réintroduction des Bouquetins en France", la dernière version étant 2000-2015. Cette dernière dresse les objectifs prioritaires des opérations de lâcher de bouquetins à mettre en œuvre et permettre à cette espèce protégée de reprendre progressivement place dans toutes les zones qui lui sont favorables sur le territoire national..

Certaines recommandations sont restées lettres mortes. Plusieurs autres projets ont été initiés jusqu'au stade de l'étude de faisabilité préalable puis sont restés sans suite, faute de structure(s) porteuse(s) du projet. Enfin, d'autres ont abouti et ont donc permis la création de nouvelles populations : Vercors Hauts-Plateaux (1989-1990), Ecrins-Valbonnais (1989-1990), Haut Queyras (1995-1998), Haute Ubaye (1995), Ecrins-Champsaur (1994-1995), Vercors-Royans (2000-2002) et bientôt Chartreuse (2010-2011) (voir la page : Les différentes population de Bouquetin des Alpes françaises).

Dans cette page vous seront donc présentés ces principaux projets, dans l'espoir qu'ils fassent naître de la curiosité, voire de l'envie et qu'ils reviennent ainsi au goût du jour ! Nous distinguerons :

 

Plan :

ALPES DU NORD


ALPES DU SUD


JURA


MASSIF CENTRAL


Bibliographie

 

 


ALPES DU NORD


Projet de réintroduction en cours

Le seul projet de réintroduction actuellement en cours en France est celui qui va se dérouler en 2010-2011 dans le massif de la Chartreuse.

  • Massif de la Chartreuse (Savoie, Isère)

La réintroduction du Bouquetin dans le massif de la Chartreuse est le seul projet actuellement en cours dans les Alpes françaises. Ce massif préalpin des Alpes du Nord se situe entre le Vercors au sud, Belledonne à l'est et les Bauges au nord. Bien que de taille relativement modeste, la présence de nombreuses falaises est très favorable à l'espèce, d'ailleurs présente en des temps anciens. Le Parc Naturel Régional de Chartreuse a été créé en 1995 et la Réserve Naturelle des Hauts de Chartreuse en 1997.

L'idée de la réintroduction du Bouquetin dans ce massif a une vingtaine d'années.

Dès 1987, une étude commandée par la DDAF de lsère au CORA, sur les sites potentiels de réintroduction dans le département de l'Isère, indique que le secteur de la Dent de Crolles, les falaises de la Grande Sure et du Lorzier ainsi que les zones de falaises basses autour de Grenoble (Néron, Saint-Eynard, Petites Roches) sont favorables à l'espèce, même s'il ne s'agit pas des massifs prioritaires (Villaret, 1987). Puis, en 1993, une étude réalisée par l'ONF concluait que le massif Dent de Crolles - Granier était favorable à la réintroduction de l'espèce (PNR Chartreuse & RNN Hauts de Chartreuse, 2009).

Le réflexion autour de cette réintroduction a suivi son cours, si bien que le projet est inscrit dans la Charte du Parc naturel régional, ainsi que dans le Plan de gestion de la Réserve Naturelle.

En 2008, l'étude de faisabilité commandée par la DIREN Rhone-Alpes à l'ONCFS, afin d'examiner la faisabilité de la réintroduction, a été rendue. Deux secteurs du massif ont été définis comme étant favorables à la réintroduction : le massif de la Grande Sure (sud-ouest du massif) et les Hauts de Chartreuse (nord-est du massif). Compte tenu de la surface disponible (supérieure dans le second site que le premier) et surtout de la présence d'une Réserve naturelle, les Hauts de Chartreuse a été retenu.

Il s'agit d'un plateau bordé de part et d'autres par des falaises calcaires. La bordure Est représente un linéaire de plus de 20 km entre le Granier et la Dent de Crolles, dominant la vallée du Grésivaudan. Mais la bordure Ouest est également favorable.

La réintroduction va débuter au printemps 2010. 15 animaux en provenance de la Réserve Nationale de Chasse et de Faune Sauvage de Belledonne (Isère) seront alors relâchés entre fin avril et début mai. Elle s'achèvera au printemps 2011, avec le lâcher de 15 autres animaux en provenance du Parc national de la Vanoise (Savoie) cette fois.

Massif de la Chartreuse, au niveau du site de lâcher.

© Maurice Gidon - http://www.geol-alp.com

 

 

Retour vers le haut


Projet de réintroduction envisagé

Un autre projet de réintroduction a été envisagé dans les Alpes du Nord.

  • Massif des Bauges (Haute-Savoie, Savoie)

Avec la réintroduction à venir du Bouquetin dans le massif de la Chartreuse, le seul grand massif où l'espèce est encore absente est le massif préalpin des Bauges, entre Chambéry (Savoie) et Annecy (Haute-Savoie).

Une étude de faisabilité a été réalisée par la FRAPNA Savoie, mais le projet est resté sans suite pour l'instant.

Toutefois, suite à la réintroduction dans le massif voisin de Chartreuse, on apprend que la situation devrait probablement bientôt évoluer. En effet, le projet de réintroduction du bouquetin dans les Bauges est dorénavant inscrit dans la Charte du Parc Naturel Régional des Bauges 2007-2019) et la rédaction d'un dossier a été mise à l'ordre du jour de ces prochaines années (avant 2013). (Le Dauphiné Libéré Savoie, du 13/05/2010)

 

Massif des Bauges.

© Maurice Gidon - http://www.geol-alp.com

 

 

Retour vers le haut

 

 


ALPES DU SUD


Projet de réintroduction en cours

Aucun projet de réintroduction n'est actuellement en cours dans les Alpes du Sud.

Retour vers le haut


Projets de réintroduction envisagés

Plusieurs projets de réintroduction ont été envisagés dans les Alpes du Sud.

  • Gorges du Verdon (Alpes-de-Haute-Provence, Var)

Les Préalpes provençales (massif des Monges, Dignois, gorges du Verdon) constituent une des zones prioritaires pour la réintroduction de l'espèce, selon la Stratégie de réintroduction des bouquetins. En effet, il s'agit sans aucun doute du plus vaste ensemble des Alpes françaises encore inoccupé par l'espèce.

A l'intérieur des Préalpes de Haute Provence, l'un de secteur les plus favorables - ayant par ailleurs fait l'objet d'une étude de faisabilité - est constitué par les mythiques gorges du Verdon, en connexion avec la chaîne préalpine du Montdenier - Mourre Chiran - Mourre Chanier, ainsi qu'avec les gorges de l'Artuby.

En 1993, à l'initiative du service départemental de l'ONF, une étude de faisabilité de la réintroduction du bouquetin dans le pays du Verdon a été réalisée par Jean-Pierre Choisy (biologiste au Parc naturel régional du Vercors), qui a conclu que ce secteur est extrêmement favorable à la réintroduction de l'espèce. De plus, cette opération permettrait, pour la première fois, d'étudier l'étho-écologie du Bouquetin des Alpes dans des biotopes à caractère méditerranéen marqué.

Les deux sous-ensembles étudiés - le secteur des gorges du Verdon connectées aux gorges de l'Artuby d'une part et le secteur Montdenier - gorges de Trévans - Mourre Chanier - Mourre Chiran d'autre part - sont géographiquement proches et bien connectés ensemble. Les gorges du Verdon représentent pas moins de 40 km de linéaires de falaises en rive droite et 30 en rive gauche. Sur le second secteur, des sites favorables, moins continus que dans les gorges mais tout de même très abondants, sont répartis sur 60 km de crêtes entre les gorges du Trévans au nord-ouest et les Cadières de Brandis au sud-est. Un troisième secteur, favorable mais de moindre taille, a été recensé sur la montagne de Robion, à l'est de la zone d'étude.

De part sa grande étendue, cet ensemble pourrait héberger une très importante population de Bouquetins. Cette zone est d'autant plus intéressante que la population ainsi créée ne serait - à terme - pas isolée, puisque des corridors rocheux existent jusqu'au massif de l'Estrop (où une colonie d'Ibex est en cours d'installation naturelle), elle même en connexion avec la population du nord-ouest du Parc national du Mercantour.

Ce projet pourrait être initié à terme par le Parc Naturel Régional du Verdon.

Gorges du Verdon (Alpes-de-Haute-Provence, Var)

© Mathieu KRAMMER

  
  • Massif du Dévoluy-Obiou (Hautes-Alpes, Isère, Drôme)

Le massif du Dévoluy est une immense forteresse calcaire entre la vallée du Drac à l'est, la vallée du Büech à l'ouest, le Trièves au nord et le bassin gapençais au sud. De part sa position, il fait le lien entre les Alpes externes (Vercors) et les Alpes internes (Ecrins). Les 3 sommets principaux sont l'Obiou (2 789 m) et le Grand Ferrand (2 759 m) au nord ; et le Pic de Bure (2 709 m) à l'ouest.

Si le massif est en grande partie dans le département des Hautes-Alpes, le vallon de Jarjatte - au nord-ouest du massif - se trouve dans le département de la Drôme; tandis que l'Obiou est dans celui de l'Isère.

D'après la Stratégie de réintroduction des Bouquetins, la réintroduction de l'espèce dans le massif du Dévoluy-Obiou constitue une priorité à l'échelle régionale (Dauphiné) afin de combler le hiatus entre Préalpes (Vercors) et Grandes Alpes (Ecrins).

Bien qu'il s'agisse sans aucun doute d'un des plus beaux massifs à Bouquetins qui puissent exister dans les Alpes du Sud, la réintroduction n'a pas encore trouvé d'organisme porteur.

 

 

 

Versant ouest de l'Obiou, au nord du massif du Dévoluy.

© Maurice GIDON - http://www.geol-alp.com

  
  • Massif des Baronnies (Drôme)

Dans les Préalpes de la Drôme, un projet de réintroduction du Bouquetin existe dans le massif des Baronnies, au sud du Diois, plus particulièrement dans le gorges de l'Aigues (ou Eygues) et de l'Oule. Il s'agit d'un pays de moyenne montagne, entre le Diois au nord, le Haut Büech à l'est, l'ensemble Mont Ventoux - Montagne de Lure au sud et la vallée du Rhône à l'ouest. Les gorges de l'Aigues ont été le cadre de la réintroduction réussie du vautour fauve, et maintenant du vautour moine.

D'après la "Stratégie de réintroduction", la réintroduction dans les Baronnies constitue une priorité à l'échelle du département de la Drôme. De plus, cette opération permettrait, pour la première fois, d'étudier l'étho-écologie du Bouquetin des Alpes dans des biotopes à caractère méditerranéen marqué.

La première étude de faisabilité a été réalisée par Jean-Louis Traversier (DDAF Drôme). Par la suite, une expertise portant sur les potentialités d’accueil des gorges de l'Aigues a été effectuée de façon positive au printemps 1997 par le Parc national de la Vanoise (Rapport d'activité 1997 du Parc National de la Vanoise)

Avec le création attendue pour 2012 du Parc Naturel Régional des Baronnies provençales, ce beau projet sera peut-être de nouveau à l'ordre du jour...

 

 

Gorges de l'Eygues (Drôme)

© Mathieu KRAMMER - 24/11/2009

 

Retour vers le haut


Massifs potentiels

Il s'agit de massifs pour lesquels aucun projet de réintroduction n'a encore été envisagé par une quelconque structure, mais qui semblent favorables à l'espèce et dont la faisabilité de la réintroduction mériterait d'être étudiée.

  • Préalpes de Digne (Alpes-de-Haute-Provence)

Nous avons vu précédemment qu'à l'intérieur de cette vaste région, le pays du Verdon était un des secteurs les plus favorables.

Mais il existe de nombreux autres secteurs favorables au retour du Bouquetins : le massif des Monges, le Dignois, le massif de Cheval Blanc...

Versant nord du Mont Ventoux (Vaucluse)

© Mathieu KRAMMER - 13/07/2008

 
  • Massif du Caussols-Cheiron (Alpes-Maritimes)

Il s'agit des Préalpes de Grasse et de Nice. Bien que déconnecté du Mercantour et son piémont par la vallée très humanisée du Var, ce secteur serait en connexion avec les gorges du Verdon via le secteur de Canjuers (Var) et de Castellane (Alpes-de-Haute-Provence).

Ce secteur devrait être classé en Parc Naturel Régional.

 
  • Massif du Lubéron (Vaucluse, Alpes-de-Haute-Provence)

Le massif du Lubéron - plus précisément le Petit Lubéron - se situe au sud-ouest du massif. Ce secteur est notamment traversé par les gorges de l'Oppedette et de Regalon. Le massif est classé en Parc Naturel Régional.

Ce massif reste toutefois de petite taille et sans connexion réelle avec les massifs rocheux les plus proches (Ventoux ou Lure au nord ; Sainte-Victoire au sud-est ; Alpilles au sud)

 
  • Massifs calcaires de Basse Provence (Bouches-du-Rhône, Var)

Il s'agit des différents massifs et chaînons calcaires provençaux, allant des Alpilles à l'ouest aux chaînes de la Sainte-Victoire et de la Sainte-Baume à l'est, en passant par le massif des Calanques au sud-ouest voire aux Monts Toulonnais au sud-est. Au moins dans la Sainte-Baume, des ossements de bouquetins attestent de la présence de l'espèce au Néolithique.

Bien qu'essentiellement soumis au climat méditerranéen, ces massifs sont très rocheux et donc à priori aptes à accueillir l'espèce. Toutefois, les limites que devront mettre en évidence les éventuelles études de faisabilité seront sans doute humaines (fréquentation diverse) et liées à la taille de ces massifs enclavés par des zones très boisées et/ou urbanisées.

 
  • Mont Ventoux (Vaucluse)

Ce massif n'est pas mentionné dans la "Stratégie de réintroduction". Toutefois, je me permets de l'inclure car il a abrité l'espèce en des temps anciens et présente un versant nord rocheux et pentu, dont la favorabilité mériterait d'être étudiée. De plus, ce site serait en connexion avec les Baronnies au nord, via un système de crêtes.

 

Retour vers le haut

 

 


JURA


Projet de réintroduction envisagé

Aucun projet de réintroduction n'a pour l'heure été envisagé dans le Jura.

Retour vers le haut


Massif potentiel

Il s'agit d'un massif pour lequel aucun projet de réintroduction n'a encore été envisagé, mais qui semble favorable à l'espèce et dont la faisabilité de la réintroduction mériterait d'être étudiée.

  • Haute chaîne du Jura (Ain)

La haute chaîne du Jura, en rive droite du Rhône à l'extrême sud du massif jurassien, a abrité l'espèce au moins lors des phases les plus tempérés de la glaciation du Würm.

En outre, plus au nord, une colonie existe dans le Jura suisse, sur un site de toute petite taille (Creu du Van, canton de Neuchatel).

La faisabilité de la réintroduction de l'espèce sur les 10 000 ha de la Réserve Naturelle de la Haute Chaîne du Jura mériterait d'être étudiée.

 

 
  

Retour vers le haut

 

 


MASSIF CENTRAL


Projet de réintroduction envisagé

Aucun projet de réintroduction n'a pour l'heure été envisagé dans le Massif Central.

Retour vers le haut


Massifs potentiels

Il s'agit de massifs pour lesquels aucun projet de réintroduction n'a encore été envisagé, mais qui semblent favorables à l'espèce et dont la faisabilité de la réintroduction mériterait d'être étudiée (cf : Stratégies de réintro).

  • Gorges de l'Ardèche (Ardèche)

Les gorges de l'Ardèche se trouve sur la bordure orientale du Massif Central et débouchent dans la vallée du Rhône. Le site est classé en Réserve Naturelle.

 
  • Gorges des Causses (Lozère, Aveyron)

Les gorges des Causses correspondent aux gorges de la Jonte et du Tarn, qui traversent la région des Grands Causses, à l'ouest des Cévennes (Causse Méjéan, Causse Noir, Causse Sauveterre, Causse du Larzac...). Une partie de ces gorges sont incluses dans le Parc National des Cévennes et le Parc Naturel Régional des Grands Causses.

 
  • Massif du Vivarais (Ardèche)

Les monts du Vivarais se situent sur la bordure orientale du Massif Central. Ils culminent à 1753 mètres d'altitude au Mont Mézenc.

Ce massif est en grande partie inclus dans le Parc Naturel Régional des Monts d'Ardèche.

Gorges de la Jonte

© P. LECUYER - LPO Grands Causses

  

Sources :

  • Choisy J.-P. (1994). Le retour du Bouquetin au pays de Verdon. Etude de faisabilité, commandée par l'ONF.
  • Collectif (1998). Stratégie de réintroduction des Bouquetins en France 2000-2015.
  • Collectif (1993). Charte pour la réintroduction des Bouquetins en France.
  • ONCFS (2008). Etude de faisabilité de la réintroduction du bouquetin des Alpes en Chartreuse. Etude commandée par la DIREN Rhône-Alpes.
  • Ormea P., Parc national du Mercantour, com. pers.
  • PN de la Vanoise (1998). Rapport d'activité 1997.
  • PNR Chartreuse & RNN Hauts de Chartreuse (2009). Projet de réintroduction du bouquetin des Alpes dans la Réserve naturelle nationale des Hauts de Chartreuse. Dossier de demaine d'autorisation soumis à l'avis du CNPN.
  • Villaret J.-C. (1987). Projet de réintroduction du bouquetin en Isère. Sélection de sites. DDA-CORA 38, 118 p.

Copyright © 2003-2010 - Mathieu Krammer - Tous droits réservés


Retour vers la page précédente

Retour vers la page d'accueil